Quotidien béninois d'informations, d'analyes, d'investigations et de publicité

Afrigator

Inscription à l’Uac : Grogne dans le rangs des étudiants

Officiellement lancé depuis le lundi 27 octobre 2008, les inscriptions à l’université d’Abomey – Calavi ont connu leur épilogue le vendredi 13 février dernier, suscitant du coup beaucoup d’interrogations au sein de la communauté estudiantine.
Tout remonte à fin octobre 2008, lorsqu’à la date officielle d’ouverture des inscriptions au titre de l’année académique en cours, les opérations ont été bloquées par la Fédération nationale des étudiants du Bénin Fneb. Après deux semaines de paralysie et suite à des négociations avec le recteur d’une part et le ministre de l’enseignement supérieur de l’autre, les opérations d’inscription ont effectivement démarré et se sont poursuivies jusqu’au 13 février 2008 malgré les mouvements dus à la fusillade sur le campus.
Pourquoi les étudiants murmurent-ils alors ?
La procédure pour s’inscrire à l’université d’Abomey- Calavi au titre de l’année 2008- 2009, l’étudiant s’il est nouveau doit au préalable connaître son numéro matricule qui est affiché dans tous les centres universitaires avant de prendre le papier qu’il ne peut retirer le même jour. C’est déjà là ce qui rend les inscriptions très pénibles. Au retrait de cette fiche, il lui faut aller payer les frais d’inscription dans une agence Ecobank pour y remplir les formalités nécessaires au cas où il bénéficie de la mesure de gratuite prise par le gouvernement. Ce sera ensuite le retrait d’une enveloppe à remplir, la visite médicale et le dépôt de son dossier d’inscription. S’agissant d’une réinscription, l’étudiant devra d’abord fournir son attestation de succès avant de poursuivre le périple. Une procédure qui malheureusement n’est pas aussi simple qu’elle est décrite. En somme, un véritable parcours de combattant comme pour avertir les nouveaux étudiants que leur séjour dans la maison du savoir ne sera pas de tout repos, leur apprenant très tôt à faire la queue c’est-à-dire des rangs interminables.
La responsabilité des autorités
Les autorités rectorales ont une part énorme de responsabilité dans la situation actuelle. D’abord, le personnel recruté pour appuyer l’administration dans le cadre des inscriptions reste insuffisant. Selon nos investigations, seuls cent (100) agents seraient recrutés pour tous les centres universitaires de l’Uac. En outre, durant la période d’inscription et à réinscription, il y aurait eu rupture de matériel en l’occurrence les fiches de pré inscription. L’autre question des étudiants est que ceux-ci se demandent la raison qui a motivé le lancement des inscriptions seulement deux semaines après la session de rattrapage à la Flash. Comment peut-on arrêter les opérations si jusque là, beaucoup d’étudiants à la flash et surtout ceux de la section d’anglais n’ont eu les procès verbaux que le week – end dernier.
Ce qu’il fallait faire ?
A en croire certains agents inscripteurs, chaque année, les opérations ‘inscription sont prévues pour dura trois mois au maximum. C’est donc à juste titre que les autorités ont décidé de les arrêter. Mais au lieu de procéder ainsi, celles-ci auraient pu suspendre à la fin de décembre 2008 pour ne reprendre qu’en début du mois en cours. Cela aurait permis de poursuivre les inscriptions jusqu’à la mi mars et ce faisant éviter la situation actuelle. A ce jour, nombre d’étudiants attendent encore pour s’inscrire. Pour éviter les mouvements, il faut une réouverture rapide de ces opérations. Seule voie de sortie pour des campus apaisés.Codjo Joseph Sohou

4 Commentaires, Commenter ou Ping

  1. assogba

    j ve minscri a la fsa

  2. assogba

    jve fai linscription

  3. je veux savoir ce que feront ceux qui doivent mettre normalement secouru ou boursier et par eurre ont mis acces libre.

  4. c’est tout ce je veux savoir . dans sa généralité l’inscr en lign en bn.

Repondre à “Inscription à l’Uac : Grogne dans le rangs des étudiants”

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.