Quotidien béninois d'informations, d'analyes, d'investigations et de publicité

Afrigator

Croisade contre le blanchiment des capitaux : Les autorités gouvernementales s’activent

Dans la perspective de s’arrimer à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme sur l’échiquier international, les autorités gouvernementales à travers le ministre de l’économie et des finances, s’activent. Cette dynamique du gouvernement se traduit en acte concret par l’ouverture du séminaire qui lance les activités du dispositif qui donne les coudées franches au Bénin de traquer la phénoménale pratique via laquelle émerge une nouvelle classe de fortunés. C’est le ministre des finances qui a présidé la cérémonie avec à ses côtés le ministre Zinzindohoué lundi dernier au Palais des congrès de Cotonou.
Il s’agit du séminaire de trois jours inauguré lundi par le ministre Lawani en présence du ministre de la sécurité Armand Zinzindohoué. Le top qui vient d’être ainsi donné aux activités du Centif, entendez la Cellule nationale de traitement des informations financières du Bénin consacre aussi l’installation de ses membres. Le moins qu’on retient à ce niveau c’est à Séverine Dossou qu’échoit l’honneur de présider aux destinées de la Centif. Lui viennent en appui cinq autres cadres émérites appartenant à plusieurs corps de métiers tant juridique, économique que sécuritaire.
Selon les explications du ministre, la structure a pour mission fondamentale d’analyser, de traiter, d’exploiter et de diffuser les informations financières transmises par les personnes physiques et morales, sous la forme de déclaration de soupçon. Placée sous tutelle du ministère de l’économie et des finances, la « Cellule nationale de traitement des informations financières du Bénin » est au cœur du dispositif national de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. En effet, le blanchiment d’argent n’est rien d’autre qu’un processus qui a pour but de cacher « l’origine criminelle » de l’argent acquis de façon illégale par un individu. Ce dernier procède par simulation pour montrer que cet argent est proprement obtenu. Et après, il l’introduit avec aisance dans le circuit économique régulier aux fins de le fructifier. « Initialement nés de la production et de la commercialisation des stupéfiants, les capitaux blanchis émanent de bien d’autres crimes comme le détournement de fonds, la corruption, le trafic d’êtres humains, le trafic de produits hors commerce, l’escroquerie, la fraude fiscale, la criminalité informatique, les pots de vins sur les marchés publics, les contrefaçons, les abus de bien sociaux et les présentations de faux bilans. La liste est longue. Mais il a fallu les événements du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et les attentats du 11 mars 2004 à Madrid pour que la communauté internationale considère qu’une organisation criminelle constitue un danger pour les nations. La mobilisation généralisée qui s’en est découlée surtout dans la sous -région ne peut laisser le Bénin indifférent. La mise en place de l’arsenal juridique pour s’engager dans le concert des nations en témoigne. La loi uniforme n° 2006-14 portant lutte contre le blanchiment de capitaux a été promulguée le 31 octobre 2006 le démontre mieux. Et puisque cela reste l’instrument qu’il faut pour lutter correctement contre la corruption conformément à la volonté du Chef de l’Etat, le présent séminaire auquel participent les Centif Niger, Côte-d’Ivoire, Belgique etc vient pour « préparer l’évaluation mutuelle du dispositif mis en place », l’essentiel « étant d’encourager l’application efficace des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et du terrorisme au regard des quarante recommandations du Gafi. Les neuf recommandations spéciales en matière de lutte contre le financement du terrorisme aussi. Cependant, il faut dire qu’il présente une grande opportunité pour le Bénin lorsqu’on sait qu’il permettra de fournir des informations fiables sur les cadres financier et juridique à la communauté internationale. Tant la qualité de la gouvernance du Bénin est en jeu dans la mesure où il favorise à notre pays l’afflux d’investissements directs étrangers. Fort de cela, le ministre Lawani a souhaité plein succès aux travaux. Le séminaire de lancement des activités de Centif-Bénin prend fin jeudi prochain.Ishola DJIGUIN

Pas encore des commentaires, Commenter ou Ping

Repondre à “Croisade contre le blanchiment des capitaux : Les autorités gouvernementales s’activent”