Quotidien béninois d'informations, d'analyes, d'investigations et de publicité

Afrigator

Interview avec commandant le Gnsp, le Lieutenant-colonel, Laurent Amousssou : « Le sapeur-pompier s’occupe de la sécurité civile »

Homme calme, pondéré, respectueux, toujours jeune et mû par le souci de pourvoir le territoire national en centre de secours, le Lieutenant-colonel Laurent Amoussou est le patron du Groupement national des sapeurs-pompiers. Posté à la tête de cette structure de façon méritoire depuis des années et donc, après avoir passé toutes les étapes, il ne ménage aucun effort pour que la mission assignée aux sapeurs-pompiers ne souffre d’anicroches. Dans la perspective d’éclairer la lanterne des populations, des jeunes prétendants au métier de sapeur-pompier et de l’opinion en général, le commandant le Groupement national des sapeurs-pompiers du Bénin, en abrégé Gnsp, a bien voulu nous accorder la présente interview en acceptant sans autre forme de protocole, au questionnaire de votre journal préféré « Nouvelles Mutations ». Sans plus rentrer dans les détails, il serait plus intéressant de vous laisser le lire pour savoir de fond en comble ce dont retourne concrètement la mission des sapeurs-pompiers béninois, encore appelés en Anglais « the firemen ».

Nouvelles Mutations : Vous êtes le Colonel Amoussou, vous commandez le Groupement national des Sapeurs-pompiers, mais peu de Béninois vous connaissent réellement. Dites leur à présent qui vous êtes en peu de mots ?

Laurent Amoussou : Je m’appelle Colonel Laurent Amoussou, commandant le Groupement national des Sapeurs-pompiers du Bénin. Je crois que ce n’est pas l’action sur le terrain que les gens peuvent apprécier et connaître qui est à l’origine de cette coordination. Je n’ai donc pas d’autres manières de me présenter que de me faire connaître par les actions de mes agents sur le terrain.

On vous voit sur les lieux de catastrophe, sur les lieux de sinistre. On vous voit aussi là où il y a manifestations populaires. A quoi cela est rime et dites-nous quel est le rôle dévolu à un sapeur-pompier ?

La mission générale d’un sapeur-pompier, c’est aller au secours des populations, assurer le service de garde d’incendie sur toute l’étendue du territoire national et 24 heures sur 24. Maintenant, dans ce service de garde d’incendie et de secours, il y a tout ce que vous constatez sur le terrain : la lutte contre l’incendie, la gestion de tout ce qui est catastrophe, inondation, accident de circulation, noyade, faits d’animaux, détruire les nids d’abeilles, couvrir les manifestations culturelles et sportives où il y a du grand monde. Tout cela rentre dans la mission des sapeurs-pompiers.

J’avoue que nombre de jeunes Béninois sont séduits par votre manière d’intervenir sur le terrain. Beaucoup d’entre eux aspirent à exercer ce métier. C’est le moment de les édifier par rapport à ce qu’ils doivent faire pour y parvenir, en clair comment devenir sapeur-pompier ?

Il faut d’abord être un militaire. Parce que les sapeurs-pompiers sont des militaires avant d’être des sapeurs-pompiers. Donc, il faut suivre la procédure de recrutement militaire. Une fois que la formation commune de base est terminée, vous êtes orienté vers une formation complémentaire qui est toujours militaire avant d’être affecté chez les sapeurs-pompiers où on vous donne la formation à la fois de préventionniste des risques et catastrophes, de secouriste et la formation d’intervention sur feu. Retenez qu’on vous forme pour être sapeur-pompier mais il faut être militaire avant de l’être.

Lieutenant-colonel Amoussou, il est un constat patent mieux par le passé que vos éléments font plus diligence sur le terrain aujourd’hui lorsque la population leur fait appel. Il est aussi vrai que le gouvernement vous a récemment doté en équipements adéquats. Mais toujours est-il que le problème se pose à ce niveau. Dites-nous alors ce que vous voudriez que le gouvernement vous fasse en plus de ce qui a été fait ?

Je ne sais pas si vous connaissez un service qui est suffisamment équipé pour travailler. Cela n’existe pas. On fait ce qu’on peut avec les moyens qu’on a, de manière à aller au secours des populations. Il est évident que nous aurions aimé que chaque commune du Bénin ait un centre de secours. Mais avec les moyens du pays, ce n’est pas possible. Donc, le gouvernement fait assez d’efforts. Raison pour laquelle vous constatez notre présence sur le terrain. C’est parce qu’il y a un projet qui date de 2000 d’équipement progressif des sapeurs-pompiers. Tout le gouvernement depuis lors font des efforts pour que les sapeurs-pompiers soient mieux lotis et aillent au secours des populations.

Pouvez-vous nous dire un mot de ce qui vous différencie des autres corps de l’armée ou assurant la sécurité des populations ?

La sécurité est multidimensionnelle. Le sapeur-pompier s’occupe de la sécurité civile. Ce que nous appelons chez nous la protection civile. Nous sommes une force de sécurité et de défense civile. Nous ne travaillons pas avec les armes, mais on travaille avec les moyens de secours. Nous ne faisons pas de la répression, mais nous distribuons de secours en cas de catastrophe, en cas de difficulté, en cas de menace sur la vie et l’intégrité de l’homme.

Je présume que vous avez un appel particulier à lancer aux autorités communales et municipales avec lesquelles vous travaillez souvent.

Non je ne travaille pas avec les autorités municipalité et communales. Je travaille plutôt avec les autorités étatiques au niveau du ministère de l’intérieur et du ministère de la défense. J’ai des démembrements au niveau des préfectures et des communes. Toutes ces autorités, c’est leur demander de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faciliter le travail des pompiers parce qu’ils vont au secours de leurs administrés qui sont leurs électeurs.

Pour les populations mêmes, il y a le minimum de prudence pour protéger sa propre vie. Que ce soit les accidents de circulation, que ce soit tout ce qu’on appelle catastrophe non naturel, l’homme peut éviter. Seuls les catastrophes naturels ne peuvent pas être évités. On peut toutefois les prévenir, prévenir dans le sens de réduire les dégâts le moment venu. C’est le rôle des élus locaux de prendre les dispositions, que ce soit dans le cadre des inondations ou dans le cas des accidents de circulation pour règlementer, soit mettre des sens interdits ou autres, c’est en effet de leur ressort.

Et à l’endroit des autorités centrales, allez-y Lieutenant-colonel et ce serait point final ?

Je les remercie pour tout ce qu’elles ont eu à faire jusque-là et je leur demande de poursuivre dans cette direction de manière à ce que les populations se sentent de plus en plus en sécurité et soient entendues chaque fois qu’elles appellent au secours. Je vous remercie.

Encadré

Les numéros à composer en cas d’urgence

Cotonou : 118 – 21303011 – 21309412 – 21321029 – 21334626

Porto-Novo : 118 – 20215167 – 20215988

Lokossa : 118 – 22411609

Abomey : 118 – 22510183

Parakou : 118 – 23611081

Natitingou : 118 – 23821581

Propos recueillis par Ishola DJIGUIN

 

1 Commentaire, Commenter ou Ping

  1. OUI LE SAPEUR POMPIER S’OCCUPE BIEN DE LA SECURITé CIVILE MERCI MON COLONEL

Repondre à “Interview avec commandant le Gnsp, le Lieutenant-colonel, Laurent Amousssou : « Le sapeur-pompier s’occupe de la sécurité civile »”